Répondons ensemble au défi du vieillissement
 
  Page d'accueil
  Mon CV
  Défis du vieillissement
  Maladies du grand âge
  Articles originaux
  Gériatrie dans la presse
  => Journal Le Matin
  => Le Matin du 04/11/2006
  => Journal Albayane du 03/12/2006
  => La vie éco
  => Aujourd'hui le Maroc du 11/04/2007
  => Le Matin du 30/09/2007
  Entretiens
  Résumé des congrès
  Liens utiles
  Contact
  Forum
Journal Albayane du 03/12/2006

 

Augmentation de l’espérance de vie au Maroc (03/12/2006)
L'hôpital face au vieillissement de la population (27/11/2006)

L'augmentation du nombre de personnes âgées est une réalité avec laquelle il va falloir composer à tous les temps, cette augmentation des personnes du troisième âge est une conséquence d'une transition démographique correspondant au passage de taux élevés à de faibles taux de fécondité et de mortalité qu'enregistre notre pays depuis les années 70 grâce aux progrès constants de la médecine, à de meilleures conditions de vie, une alimentation saine et équilibrée, de bonnes conditions d'hygiène, une meilleure couverture sanitaire, aux médicaments qui sont disponibles, à la vaccination, à la planification familiale .


Selon les derniers résultats du recensement de 2004, le pourcentage des personnes âgées au Maroc est estimé à 8,1 % de la population. Ce qui représente 2,5 millions de personnes âgées de plus de 60 ans. Ce chiffre passera à 11,1 % en 2020 et à 20 % en 2040.

On ne peut que se réjouir de constater que le nombre de personnes âgées dans notre société va crescendo, nous y voyant l'ouverture d'une nouvelle vie pour cette catégorie de notre population. C'est une chance pour chacun d'entre nous et un enrichissement pour toute la société. Trois générations, voire quatre coexistent désormais au sein d'une même famille. Mais la longévité, c'est aussi un défi collectif, pour notre pays, pour notre système de soins, pour l'ensemble de la solidarité nationale. Nous avons une capacité médicale et sociale à prévenir et à prendre en charge la dépendance liée au grand âge, qui sera sans précédent dans les années à venir : elle doit être renforcée et adaptée aux attentes des Marocains qui ont des spécificités particulières.

S¹il y a lieu de se réjouir, il se trouve des personnes qui rappellent que bien des signes d'inquiétudes demeurent : l'inégalité de l'espérance et de conditions de vie, le déséquilibre latent des régimes de retraites, les difficultés inhérentes au maintien à domicile, la progression régulière du nombre de personnes âgées atteintes de plusieurs pathologies.

Quand la vie s'allonge, elle entraîne dans son sillage l'accroissement rapide du nombre de personnes âgées, cette accroissement fait craindre à juste raison une expansion de la morbidité spécifique au troisième âge dont notamment la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson, et une pandémie des incapacités, amenant une multiplication des besoins d'aide pour les activités de la vie.

Aujourd'hui, il n'est pas aisé de faire face seul a un proche dépendant, de lui consacrer tout son temps, son énergie, ses ressources financières. Pour beaucoup c¹est porter un fardeau affectif et psychologique.

Sommes nous préparés pour faire face à l'émergence des maladies liées au vieillissement de notre population ? Que faut-il en penser ? Se réjouir de vieillir ou le craindre ? Avons nous des hôpitaux qui pourront prendre en charge ces personnes âgées ? Avons nous les spécialistes qu'il faut ? Quel sera l'avenir des personnes âgées dans cinq, quinze ans ou vingt ans ?

En attendant de trouver les réponses à toutes ces questions, la vie s'allonge entraînant dans son sillage l'accroissement rapide du nombre de personnes âgées, cet accroissement fait craindre une expansion de la morbidité spécifique au troisième âge, et une pandémie des incapacités, amenant une multiplication des besoins d'aide pour les activités de la vie.

Aujourd'hui, il n'est pas aisé de faire face seul à un proche dépendant, de lui consacrer tout son temps, son énergie, ses ressources financières. Pour beaucoup, c'est porter un fardeau affectif et psychologique.


Nécessité d'adapter l'hôpital aux personnes âgées

Les personnes âgées représentent un pourcentage élevé des séjours hospitaliers et un grand nombre des admissions à l'hôpital non programmées. Dans certains services (médecine interne, néphrologie, dialyse, cardiologie, neurologie ..) ils sont les plus nombreux (constat fait sur le terrain). De ce fait, l'hôpital doit s'adapter à leurs besoins. Pour une personne très âgée, fragile et souffrant souvent de plusieurs maladies, l'hospitalisation peut présenter un risque majeur de déstabilisation et de perte d'autonomie. Il ne suffit pas de soigner l'organe qui a nécessité l'hospitalisation. Il faut savoir évaluer tous les facteurs de risque d'entrée dans la dépendance, préserver la marche, la continence, l'orientation, la nutrition, entretenir toutes les capacités nécessaires à la vie quotidienne, pour que cette personne âgée puisse retourner à son domicile. Est-ce aujourd'hui le cas ? Surtout qu'il n'y a pas de spécialistes en gériatrie ou de service conforme aux besoins de cette population âgée qui a des besoins spécifiques en matière de prise en charge médicale

En l'absence de moyens adaptés, de structures spécialisées dans la prise en charge des personnes âgées, de personnels qualifiés et motivés, le Maroc n'a pas, pour l'heure, les capacités de relever le défi sanitaire et social que représente et que représentera la nouvelle donne démographique. Couverture sanitaire inexistante dans certaines régions du pays, déficit chronique en personnel de santé (Médecins Infirmiers) accès aux médicaments, financement de la santé, pas de cursus dans ce sens au niveau des facultés de médecine et des instituts de formation aux carrières de santé, etc.. La politique actuelle n'a pas pris la mesure des enjeux.

Aujourd'hui, il n'y a pas de service de gériatrie, c'est-à-dire des services spécialisés dans la prise en charge des personnes âgées, qu'elles soient dépendantes ou indépendantes. Ces personnes ont des besoins spécifiques, une approche psychologique et thérapeutique adaptées à leur age et à leurs besoins. Un soutien permanent par une équipe multidisciplinaire (gériatre, kinésithérapeute, urologue, assistante sociale, nutritionniste, infirmière..).

Malheureusement tout cela n'existe pas, nos hôpitaux ne sont pas adaptés à ce genre de patients, il n'y a pas de mal à le dire. Par ailleurs, les personnes âgées sont très souvent admises à l'hôpital en fin de vie, elles sont amenées par les membres de leur famille quand ces derniers sont dépassés par les évènements ou des voisins, dans d'autres cas, ce sont des personnes âgées en situation de précarité sans domicile fixe qui sont déposées par les ambulances de la protection civiles au niveau des urgences des hôpitaux publics. Il faut dire au passage que certains hôpitaux n'acceptent pas les SDF par manque de structures adaptées pour les personnes privées d'autonomie. Quand aux hôpitaux qui prennent en charge ces personnes âgées, ils ne parviennent pas toujours à offrir à ces derniers les soins dont ils ont besoin quand leur état de santé présente des défaillances.


Le plus dur, c'est la mort

Mais ce qu'il y a de plus dur, c'est la mort. La mort est naturelle et la médecine ne peut pas tout, ce sont deux réalités qu'il faut accepter. Mais on l'accepte d'autant mieux qu'on est moins concerné. Un mourant est une personne angoissée qui a besoin de beaucoup d'humanité, de ne pas se sentir rejetée. Cela suppose du temps et de la disponibilité .Ceux qui meurent sont souvent des personnes âgées , des exclus, des personnes en situation de précarité avancée recueillies par les hôpitaux bien que ce ne soit pas là leur mission.

En effet, il ne faut pas mettre tout sur le dos des hôpitaux ou encore se débarrasser des SDF, des précaires, des exclus en les déposant au niveau des structures hospitalières, c'est une grave erreur que commettent certains agents d'autorité qui choisissent la voie la plus facile. Il en est de même de la protection civile qui ne semble pas connaître les vraies missions des hôpitaux. La mission d¹un hôpital est de soigner, voire guérir, d'où la nécessité aujourd'hui de clarifier le rôle de l'hôpital public et de définir clairement la place des maisons de retraite et celle de certaines structures spécialisées dans l'aide des personnes âgées comme c'est le cas de la maison des personnes âgées de Ain Chock ou de l'asile des vieillards de Tit Mellil qui refusent de prendre en charge des personnes en situation de précarité ou des SDF arguant le manque de moyens appropriés.


Développer la médecine gériatrique : un choix stratégique

L'enseignement spécifique des personnels médicaux, paramédicaux et sociaux appelés à donner leurs soins à la population âgée qui devient de plus en plus nombreuse (3 millions de plus de 60 ans en 2006) le double en 2020 doit faire l'objet d'un intérêt particulier et soutenu. Le suivi des personnes âgées par des médecins réellement formés à la gériatrie serait bénéfique pour la personne âgée elle-même, mais aussi pour la collectivité toute entière notamment par la réduction des dépenses de médicaments. La surconsommation des médicaments par les personnes âgées est, elle aussi aujourd'hui, un problème de santé publique. Prévenir et éviter l'automédication, s'abstenir de prescription abondante ou redondante qui dans bien des cas entraînent des effets secondaires, il convient aussi de revoir le cursus des infirmiers diplômés d'Etat pour y inclure un module destiné à la prise en charge des personnes âgées en milieu hospitalier, le cas échéant, ouvrir une filière spécifique de la personne âgée au sein des instituts de formation aux carrières de santé avec une formation diplômante Nous ne pouvons que nous réjouir de constater les efforts qui sont aujourd'hui consentis pour rendre nos hôpitaux performants, accueillants, plus humains pour assurer une prise en charge correcte des patients et dispenser des soins de qualité. Dans le contexte actuel, cela reste insuffisant, c'est pourquoi nos hôpitaux doivent développer une prise en charge gériatrique spécifique.

Aujourd'hui, le manque de lits pour personnes âgées peut se traduire par une longue attente aux urgences ou une orientation du patient vers un service de spécialité qui ne correspond pas toujours à son état ; pour une personne âgée, une sortie de l'hôpital non préparée peut entraîner une rechute, une nouvelle hospitalisation un cercle vicieux qui finit par créer un manque de confiance dans nos structures hospitalières. Si nous faisons aujourd¹hui le choix qui nous permettra de développer la médecine gériatrique dans les années à venir nous aurons fait là un choix stratégique qui mettra notre population âgée à l'abri des aléas des pathologies liées au vieillissement.

Mon adresse  
  Dr Mustapha Oudrhiri
Interniste et Gériatre
Hôpital Mohamed Sekkat
Ain chock Casablanca Maroc
Tel: 00 212 61 64 35 07
E-mail: oudmus@yahoo.fr
moudrhiri@casageriatrie.fr.gd
 
Publicité  
   
Association de Gérontologie "Espoir" AGE  
  L'AGE organise le 31 mai 2008 à Casablanca ses premières rencontres gérontologiques sous le thème : pour une meilleure prise en charge du malade âgé.
LIEU:
Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca
PROGRAMME :
- Enjeux de la transition démographique au Maroc
- L'HTA chez le sujet âgé
- La douleur en gériatrie
- Rôle de l'équipe gériatrique dans la prise en charge de la personne âgée
- Place du gériatre dans un hôpital accueillant les urgences
- Le médecin généraliste face à la maladie d'Alzheimer
- L'oncogériatrie, un problème d'actualité
Ateliers :
- Que faire devant une personne âgée qui chute?
- Que faire devant une élévation récente de la créatinine chez le sujet âgé?
- Comment évaluer les facteurs de risque cardio-vasculaires chez le sujet âgé?
- Comment évaluer un bilan nutritionnel chez la personne âgée?
- L'ordonnance du sujet âgé: les questions à se poser
- Prévention de la maladie thrombo-embolique chez la personne âgée
 
Randonné pour personnes âgée  
  Organisée par l'AGE en collaboration avec l'association Rando Maroc
Date : le 1 juin 2008
Lieu : Région de Benslimane
Pour s'inscrire : contacter nous sur:
- moudrhiri@casageriatrie.fr.gd
ou oudmus@yahoo.fr
 
Autres RDV gériatriques  
  --9èmes rencontres gérontologiques de Géronto-pratique : 17 et 18 janvier 2008 à Paris CAP 15
--7ème congrès national des professionnels de la Gériatrie : 30-31mars et 1er avril 2008 au palais des congrès Paris
--Anti-Aging Medicine World Congress 2008
10 au 12 avril 2008 Palais des congrès Paris
 
Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (10 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=